lundi 10 mai 2010

L'âme de la lune



Observant le ciel et ses luinaires par une nuit fraîche et autômnal, je vis que les nuages fantomatiques se dissolvaient lentement, laisssant peu à peu apparaître derrières eux une lumière diaphane।

C'était une onde subtil et argentée. Agréable à la vue et venant se refléter sur les larges troncs des arbres.Comme mon coeur désirait ardemment la rejoindre et y fondre mon âme afin d'y gagner un peu de repos !

M'élevant par une prière intérieure je lui dédiais un chant ancien et profond venu des âges ancestraux où les hommes vibraient encore d'amour pour elle. Mon corps semblait léger et je pris alors essor vers le ciel.



L'étendue infinie telle une nuit éternelle ma happait et j'aurais voulu y trouver ma demeure pour l'éternité.



Comme fut loin de moi le monde des hommes et ses incessantes querelles.



M'élançant vers l'éclat argenté de la lune les nuages se dissolvèrent et là, face à moi se dévoila la sombre gloire de l'astre révé.



Un cercle parfait contenant une essence lumineuse et radieuse s'offrait à mon âme perdu dans l'éclat argenté de l'astre lunaire.
Je me sentais alors comme parcouru par une onde subtile et fraîche, telle une énergie parcourant mon corps.



Puis je redescendis vers la terre pour regagner le triste monde des hommes. Eperdu et triste de ne plus la revoir.



Je me posais alors tranquillement contre le troncs d'un arbre et observais que la nuit berçait chaque parcelle de vie de sa cape noire et profonde tel un manteau enveloppant chaque être de sa volupté, ou tel une femme enveloppant de sa robe les étoiles et posant son regard redempteur sur la Terre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire