mardi 24 mai 2011

Zoe.

~~~ ZOE ~~~

Ô Zoe, fille de la joie et du desespoir.

L'amour est ton flambeau et la haine ton drapeau. Chaque matin tu perce de ta lance le coeur du soleil pour qu'il déverse au dessus de nous tous dans le ciel son feu et sa chaleur. Dans cet amphithéâtre où tu es reine tous t'adorent le jour et te maudissent la nuit.

Es tu déchue, ou bien vis tu dans un ailleurs assise sur un trône tel une reine régissant le monde de ton sceptre puissant ?

Tel un dieu cruel tu nous fait commettre le pire, le douloureux et l'absurde.

Tel un dieu d'amour tu nous fait devenir bons, beaux et vrais.

A tes côtés j'ai emprunté d'obscurs chemins et dans tes yeux j'ai pu y voir des myriades d'étoiles lumineuses égayant mon âme, mais aussi des fleurs fanées prêtes à la putréfaction me faisant sentir parfois un dégoût profond pour toi.

De ton bras armé de ta lance tu me la planta plusieurs fois dans le coeur afin de remplir la coupe de la souffrance et de la joie. Malgré le désordre et la discorde dans lesquelles tu me broie je ne cesserais de cheminer à tes côtés car en moi aussi joie et desespoir se tiennent la main pour que je sois homme.


~~~ CHAOS ~~~

Elle qui me donnait le goût de vivre, le plaisir des sens tel un jeune enfant nageant dans des eaux calmes et claires, et le soleil qui rends sa peau belle et douce comme celle d'un fruit mûr à point; elle oeuvre à son art le plus terrible dont certains deviennent fous : les 3 plaies auquelles tous devront faire face : La souffrance, la maladie et la mort.

Désormais je suis prisonnier du dédale que j'ai créé.

Elle est maintenant partie la joie, et le retour à la souffrance se fait comme un choc à la poitrine.

Comme si tombant à genoux sur un sol sec et infertile je devais prier les dieux durs et odieux de me donner l'Amour tant mérité...

Dans mon âme ne résonnent plus que les pas d'un homme perdu dans les chemins amers que lui ferait emprunter un mauvais génie.

Parfois pour égayer mon être je désire entendre sonner les trompettes de l'Apocalypse afin qu'une fois pour toute le monde soit rasé de ceux qui le broient.

Je ne chante pas, je titube sous l'effet d'une fièvre et je m'en délecte alors que dans mon esprit les souvenirs viennent y enfanter des images passées. La raison vient à s'effacer pour laisser place à une douce mélancolie. Une tristesse me prends de vertige et mes pensées m'accablent maintenant de nostalgie !

Mais même la fièvre ne peut venir à bout des os, et je marche encore à tes côtés ô Zoe. Partageant avec toi le goût amer de ta coupe remplie du sang de tes héros que tu glorifie et de tes naufragés que tu recueille ou laisse se noyer dans l'abîme de la souffrance.


~~~ PAX ~~~

Vous tous que l’amour semble avoir oublié.

Cherchez le divin baiser au-delà de votre sépulcre.

Il n’y a pas de fin en soi.

La mort est éternelle, elle est la vie elle-même.

Attendez patiemment que le vent vous réduise en poussière.

A ce jour vous serez pure conscience, libérée des entraves du temps.

En attendant, sachez que la colère du ciel est méritoire

Car elle remet en place les désordres de la tête et du cœur.

En attendant ce jour chantez ensemble comme souffle le vent.

Acclamez de vos joies les contours du soleil.

Lui qui se manifeste en ce jour glorieux de sa victoire sur les ténèbres et la nuit !

Voyez ! Le squelette de l’hiver est enfin renchaîrit de ses opulentes offrandes.

Acclamons encore les contours de l’astre éternel !

La lumière réchauffe nos chairs et nos cœurs.

Acclamons sans fin le retour de celui qui brille au sein du ciel !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire